ETHNOGRAPHIE MALAYĀḶAM ET PHILOSOPHIE EN ASIE DU SUD

Le résumé ou, selon les cas, le texte complet des différentes présentations dans l'ordre chronologique est accessible en cliquant sur les liens correspondants ci-dessous.

Pour prendre contact avec l'un d'entre nous

jean-claude.galey@ehess.fr
fr.zimmermann@orange.fr

Anthropologie sociale en Inde et Asie du sud
Concepts et actualités

Jean-Claude Galey
Francis Zimmermann

1er et 3e jeudis du mois de 11h à 13h
du 4 novembre 2021 au 2 juin 2022

Nous regrettons de ne pas pouvoir nous réunir en présentiel. Le séminaire se tient en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien de connexion permettant de rejoindre la réunion Zoom, le demander par mail à Francis Zimmermann

Prochain séminaire

Jeudi 6 janvier 2022 à 11 heures

Vayalkkara
La maison du bord de la rizière

Vayalkkara signifie littéralement «le bord (kara) de la rizière (vayal)» en malayalam. C'est le nom d'un illam nambudiri que j'ai fréquenté par intermittences lors de séjours au Kerala (Inde du sud) entre 1974 et 1984 pour étudier la médecine ayurvédique auprès de mon maître Vayaskara Narayanan Sankaran Mooss. Notons que dans ce pays de lagons (les fameux backwaters) et de rizières en polders, la maison du bord de la rizière était une maison du bord de l'eau. Je prends Vayalkkara pour point de départ d'une enquête sur le monde vécu des illam et taravad du Kerala et ce qu'ils représentent pour nous aujourd'hui.

Illam désignait jadis à la fois un manoir et ses dépendances construits en terre ferme, la lignée patrilinéaire de brahmanes nambudiri dont c'était la maison natale, et tous les descendants, alliés, obligés et serviteurs qui y résidaient et en recevaient leur subsistance. Taravad désignait de même le manoir d'une lignée matrilinéaire de nayar plus ou moins puissants (des pauvres hobereaux aux cours princières). J'écris au passé car je n'ai connu que les vestiges du système à maisons (Lévi-Strauss) qui florissait dans les anciens royaumes de Travancore, Cochin et Calicut depuis le 17e siècle et qui s'est effondré au début du 20e siècle. Néanmoins, dès que nous croisons l'ethnohistoire avec d'une part la tradition très vivante des arts narratifs (chants, théâtre et Bildungsroman) en malayalam et d'autre part la géographie des jardins d'épices et de la riziculture inondée dans les backwaters, nous voyons resurgir bien des images et des croyances propres à la société de cour des illam et des taravad dans le monde vécu du Kerala d'aujourd'hui.

Un choix bibliographique sera proposé par écrit.